Stop Parking Longchamp

La Métropole Aix-Marseille consulte les Marseillais.es sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi). La version actuelle du PLUi rend constructible un parking dans le Jardin Zoologique Longchamp.

 

Pour faire entendre votre voix lors de cette consultation publique, signez la contribution collective et citoyenne au PLUi contre la construction d’un parking dans le Parc Longchamp.

Signer la contributionFaire un don

Contribution collective et citoyenne à la consultation publique relative au Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) du territoire Marseille Provence

Contre la construction d’un parking dans le Parc Longchamp

Le Parc Longchamp, dans son ensemble, est un Bien Commun appartenant aux Marseillais.e.s et aux générations futures. Nul n’a le droit de se l’approprier. La construction d’un parking est un projet inappropriée et irresponsable.

 

Alors que pour réduire les émissions carbones en France afin de limiter le réchauffement climatique planétaire à moins de 2 degrés, et que l’effort consenti par la Métropole Aix-Marseille doit être de réduire par 2 voire par 3 ses émissions d’ici 2020 (Source: WWF 2016),

 

Alors que l’augmentation des températures en France (+1°c) au 20ème siècle est supérieur à la moyenne planétaire (+0,6°c) (Source: Météo France),

 

Alors que les pollutions sont responsables de 7% à 13% des décès chaque année à Marseille (Compilation statistique issue de l’INSEE et de Clean Air for Europe),

 

Alors que la Mission Régionale d’Autorité environnementale (MRAe) critique sévèrement le Plan Local d’Urbanisme intercommunal présenté par la Métropole Aix-Marseille, en ces termes :

 

“Les sujets de la qualité de l’air et du bruit ne sont pas traités à la hauteur des enjeux sanitaires du territoire Marseille Provence dans les choix d’aménagement et d’urbanisation opérés par le PLUi. Les modalités d’évaluation des émissions de gaz à effet de serre (GES) ne permettent pas d’évaluer clairement la contribution du PLUi aux engagements internationaux de la France de diminuer les émissions d’un facteur 4 en 2050.”

 

Considérant que le PDU (Plan de déplacement urbain) de la Métropole Aix-Marseille Provence est en cours d’élaboration, sera signé fin 2019, et approuvé fin 2020,

 

Considérant que nous avons plus à gagner à investir dans les Parcs et Jardins pour des raisons de santé publique. Ce projet va à l’encontre des objectifs de la COP 21 et des enquêtes menées par l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (UNEP) et l’Organisation Mondiale de la Santé en 2016 qui montrent l’importance des Espaces Verts sur la santé en milieu urbain (Source : UNEP/ASTERES mai 2016) :


« Une augmentation de 10% des espaces verts en ville pourrait ainsi permettre d’économiser 94 millions d’euros en dépenses de santé chaque année. »

 

Considérant que 3 parkings alentours au Parc Longchamp sont sous-utilisés, que 30% à 64% des places du parking Vallier – à moins de 10 minutes en transport en commun du Parc Longchamp – sont inoccupées,

 

Considérant que 26.000 personnes ont signé la pétition contre la construction d’un parking dans le parc zoologique Longchamp,

 

Considérant que le projet métropolitain annonçait en mai 2018 par l’intermédiaire du Maire de secteur 4-5 (également Sénateur et Conseiller Métropolitain) que “le parking Longchamp se fera”,

 

Considérant le flux de véhicules que générerait ce parking (environ 1500 véhicules par jour), celui-ci ne ferait qu’augmenter la pollution atmosphérique du Boulevard Cassini, une voie de circulation dite «En tranchée » aux heures de pointe,

 

Considérant que la station de mesure de concentration de PM10 dans l’air aux Cinq Avenues est la seule station de Marseille à mesurer une qualité d’air “bon” et seulement 2 jours de dépassement des quantités maximum en 2018 (Source: ATMOSUD) et qu’un afflux supplémentaire de voitures dû à la création d’un parking au Parc Longchamp risque de dégrader ces bons résultats.

 

Considérant que le PLUi n’est pas conforme à l’AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine) qui prévoit la protection de l’ensemble du Parc,

 

Le Plan Local d’Urbanisme intercommunal proposé autorise :

 

  • L’abattage d’arbres centenaires dans le Parc Longchamp aux fins de construction d’un parking (dont déjà au moins 6 grands Platanes dont 2 « Remarquables » (3 sur la parcelle impactée et 3 en périphérie directe) dont le plus gros et majestueux qui faisait la fierté de tou.te.s, 1 Marronnier en périphérie directe, 1 Plaqueminier.)
  • La disparition d’une aire de jeux ombragée, d’un lieu de liberté pour tous les enfants du quartier, d’un lieu de promenade ombragé et de détente pour les familles et les personnes âgées,
  • la disparition d’un patrimoine Historique et Paysager (Espace Boisé Classé) emblématique de notre Ville,

 

Créant en conséquence :

  • L’augmentation des pollutions de l’air et sonores induites par un afflux supplémentaires de voitures dans le quartier,
  • L’augmentation des embouteillages aux feux des principaux croisements du quartier,
  • L’accroissement de la dangerosité de la circulation pour les cyclistes,
  • L’augmentation des pollutions sonores, visuelles et de l’air pour les riverain(e)s et surtout celles et ceux habitants aux abords immédiats des sorties d’aérations du parking,
  • Une dépense inutile de près de 20 millions d’euros, autant d’argent qui prive la municipalité et la Métropole de leviers d’action pour répondre aux urgences environnementales, économiques et sociales.

 

En cela, le Plan Local d’Urbanisme intercommunal proposé présente des incohérences majeures, un manque de volontarisme politique et une absence de sens de responsabilité collective face à la nécessité de protéger le climat, de préserver, protéger et renforcer les espaces naturels, la biodiversité urbaine et périurbaine tels que la faune et la flore, un tissu vert de dépollution et de rafraîchissement.

 

L’absence de vision stratégique du PLUi en matière environnementale, sociale et écologique met en danger l’avenir individuel et collectif pacifique et durable des Marseillaises et des Marseillais.

 

L’augmentation des pollutions et le dérèglement climatique ont pour conséquences l’approfondissement des inégalités existantes face aux coûts des soins de maladies respiratoires, de dépenses énergétiques des ménages déjà victimes de l’habitat indigne à Marseille. Le PLUi ne prend pas en compte ce scénario et risque d’accroître l’augmentation des situations de précarité à Marseille.

 

Nous demandons :

  • Le retour en EBC (Espace Boisé Classé et Espace Boisé d’accompagnement) sur l’ensemble du Parc Longchamp.
  • Un projet audacieux de reboisement afin de remettre en état le Parc Longchamp que la municipalité et la métropole ont délibérément laissé se dégrader. Par exemple la création de jardins partagés et éducatifs, la création d’un jardin botanique écologique, etc.
  • L’approfondissement des politiques publiques en faveur de déplacements individuels et collectifs faibles ou neutres en carbone (marche, vélo, trottinette, auto-partage, bus, tram, métro) afin de renforcer l’accessibilité des quartiers et des commerces entourant le Parc Longchamp. Par exemple grâce à un scénario alternatif qui, plutôt que de faire circuler plus de voitures polluantes dans nos quartiers, s’orienterait inlassablement vers les transports en commun, la création d’un réseaux continu de pistes cyclables, la multiplication des stations de location de vélos, vers la baisse des tarifs de stationnement dans les parkings publics existants pour les habitants du quartier, vers la location de courte et moyenne durée de voitures électriques en autopartage, vers la mise en œuvre d’un plan d’acquisition de voitures électrique silencieuses et non-polluantes par les résidents en offrant par exemple tout ou une partie du coût de stationnement, et vers l’approvisionnement électrique issues de sources d’énergies renouvelables, locales et citoyennes.

🌳 Que faire d’autre ? 🌳

🌳 Partagez autour de vous

Exemple de texte à copier / coller, personnaliser et à envoyer par email

« Cher(s) / Chère(s),

Les élu.e.s de la Métropole Aix-Marseille vont bientôt voter un Plan Local d’Urbanisme (PLUi) qui autorise la construction d’un parking dans le Parc Longchamp. J’ai signé une contribution collective et citoyenne au PLUi dans le cadre de la consultation publique officielle parce que je veux faire entendre la voix des Marseillais.e.s et des Marseillais qui ne souhaitent pas que ce projet aboutisse. Il est possible de lire et signer cette contribution en visitant le site internet : www.stopparkinglongchamp.org

Amitiés écologistes, (votre signature)« 

🌳 Signez la pétition citoyenne sur Change.org

🌳 Envoyez directement un email au Président de la commission d’enquête

Exemple de texte à copier / coller, personnaliser et à envoyer par email

 » Cher Monsieur Coletti,

Après consultation du projet de Plan Local d’Urbanisme intercommunal, je souhaite déposer la contribution suivante à l’enquête publique. Certains zonages du Parc Longchamp autorisent la construction d’équipement publics comme la construction d’un parking dans la partie Zoologique du Parc. En tant que riverain.e / habitant.e de Marseille, je pense que le Parc Longchamp devrait redevenir un Espace Boisé Classé.  En effet, (… insérez ici votre message personnel et vos arguments)

Chaleureusement, VOTRE SIGNATURE « 

🌳 Contribuer aux dépenses

Ce site internet et cette campagne ont coûté 24€. Vous pouvez faire un don à partir de 1€ pour contribuer à cette campagne et / ou aux futures actions.

Signataires de la contribution collective et citoyenne

Le compteur est mis à jour toutes les 24h

Collectifs citoyens signataires

Collectif de riverain.e.s SOS Longchamp

Pour signer en tant que collectif citoyen, merci d’envoyer un mail à contact[@]stopparkinglongchamp.org

Premiers signataires, riverain.e.s, commerçant.e.s & usagers du Parc 

Armony Vidal, Arnaud Chary, Benoit Moreau, Boris Alessandri, Camille Steunou, Cécile Monière, Charles Dechoux, Charles Talbot, Christine FINDAL, Claire Hofer, Delphine Mazari, Eliane Mathieu, Eric Mullard, Franck Albanese, Gaëlle Cloarec, Gilles Nalbone, Hélène D’Ortoli, Isabelle Bordet, Jean-Marie Gleizes, Jean-Christophe Robert, Jean-Louis Bologne, Jean-Marie Madelenat, Jord Duval, Juliette Christain, Kaouther Ben Mohamed, Kevin Lebon, Lola Bouillot, Louis Tissot, Lucas Challande, Lucie Druenne, Lydia Frentzel, Marine Rodallec, Mathieu Grapeloup, Michèle Rubirola, Nicolas Rochet, Nidal Abdelkrim, Pauline Challande, Pascale Leveque, Renaud Duret, Roselyne Borgia, Roxane De Oliveira, Sébastien Barles, Sibylle Duboc, Sylvie Darmon, Théo Challande, Thomas Martin, Valérie Trouslard, Yannick Syda, Yoann Culieras & (signatures anonymisées:) CM, CZ, DA, DN, GC, GJ, GV, KN, LE, MA, MA, MD, MM, MP, NC, NC, PS, RH, RV, VR

🌳 Et ensuite ?

Le 1er mars 2019, la contribution collective et citoyenne sera envoyée par courriel au Président de la commission d’enquête avec l’ensemble des signatures récoltées.

Le 4 avril 2019 au plus tard, la commission d’enquête devra rendre son rapport public en ligne.

Le Conseil Métropolitain modifiera esuite partiellement ou ne modifiera pas le PLUi présenté. Le PLUi sera alors voté par les élu.e.s Conseiller.e.s Métropolitain.e.s et entrera en vigueur en 2020.

Pin It on Pinterest